Ki Center La Louviere

Kenpo et Kyusho Self defense

News:
Avril 2017. Jacky Botella de Lyon est venu apprendre le programme de la deuxième marron. Kenpo d'Ed Parker (Planas)

C’est en août 2006, je me suis rendu pour la première fois en Suède, pour participer à un stage donné par le Grand Maître Planas. La raison de ma visite était que j’étais à la recherche d’un nouveau maître en Kenpo Karaté. Avant cela, j’avais appris le Kenpo Karate de manière intensive avec Edward Downey (Irlande). Cette expérience s’était révélée être terriblement décevante. Il est dur de devoir accepter que le maître en qui on avait placé sa confiance en termes de qualité d’enseignement s’avérait présenter d’énormes lacunes techniques. Aussi incroyable que ça puisse paraître, le fait qu’il soit 6ème dan et qu’il ait été diplômé par Ed Parker lui-même n’impliquait nullement qu’il était compétent.

 

Comment l’ai-je découvert? Il a fallu qu’un maître supérieur m’ouvre les yeux. Mes yeux n’ont pas voulu s’ouvrir tout de suite. Il a fallu des mois de remises en question et d’apprentissage. Ouvrir mes yeux, c’est ce que Huk Planas fit en corrigeant mon premier mouvement de la première technique qu’il enseigna lors de ce stage d’août 2006.

 

Et oui, un mouvement simple, comme le fait de reculer d’un pas, était incorrect… Pourquoi ? Car il s’effectuait en deux temps au lieu de un temps, de précieuses milli- secondes perdues qui me coûteraient la vie … et cette erreur, je la vois chez tous le pratiquants de Kenpo des autres écoles… je demandai à Huk : « Huk , comment est-ce possible… pourquoi mon instructeur et les autres maîtres qui m’ont enseigné ne m’ont-ils pas corrigé ? Il me répondit : « parce qu’il ne SAVENT pas… ». Je le regardai avec un sourire interrogateur.. et je pensai au fond de moi … non ce n’est pas possible .. ce sont des haut gradés…. Il s’agit d’un mouvement de base ... le premier qu’on est censé apprendre…. »…Huk me confirma, puis Ingmar,   ... parce qu’ils ne SAVENT PAS….. ». Et ce ne fut que le début… chaque mini-mouvement devait être corrigé, mauvaise répartition du poids, deux pas au lieu d’un, mauvais timing, pertes de temps, mauvais angle de déplacement ; pas assez de rotation, pas assez de back up mass, pas assez de marriage of gravity, et j’en passe ...

 

La courte 1 : un temps, pas deux. Dans  « Delayed Sword » il est erroné de faire un mouvement de retrait avec la main avant la frappe du tranchant vers le cou ? … pourquoi ? Pourquoi commet-on spontanément cette erreur ? et surtout, que faire pour que ça n’arrive pas ? dans « Deflecting Hammer », le pas de retrait est vers 6 heures et non 7h30 , pourquoi ? … dans « Sword of Destruction », le blocage suit une forme ovale pourquoi ?, la technique « Alternating Maces » n’est pas enseignée par Huk Planas, pourquoi ?, « Clutching Feathers et l’opposé de « Lone Kimono », pourquoi ?, pourquoi doit on garder le talon au sol lors des coups de poings de la longue 1 ? Que signifie « Bracing Angle » ? … que signifie « compounding », le thème de la longue 2 ? …, quel est l’autre nom de la courte 3 et pourquoi ? Pourquoi lors du premier mouvement de la longue 2, le bras gauche est-il armé aux hanches au lieu du plexus solaire comme dans la courte 2 ... et non ce n’est pas, comme mon instructeur précédent le prétendait, parce que la longue 2 a été crée avant la courte 2…quand on ne sait pas, on invente des raisons …

 

Il m’a fallu encore de nombreux mois pour me décider à me lancer dans une entreprise qui demanderait de ma part énormément d’efforts, car il s’agissait de remplacer de mauvaises habitudes par de nouvelles, ce qui est plus dur que d’apprendre directement de bonnes habitudes …

 

Huk Planas, même si il s’est assagit avec l’âge… n’est pas aimé par tous…pourquoi ? Parce qu’il n’y va pas par quatre chemins, il mes les doigts sur les erreurs et est dur, … très dur… dans son histoire, il a remis beaucoup de soi-disant « maîtres » à leur place en dévoilant leurs lacunes techniques et il ne s’est donc pas fait que des amis.

 

J’ai eu le grand honneur de l’avoir deux fois à mon club et j’ai voyagé de nombreuses fois pour suivre ses cours à l’étranger, le plus important étant le stage pour instructeurs qui a lieu en octobre de chaque année…… Il a logé chez moi, m’a même enseigné des principes dans mon salon aux alentours d’une discussion et m’a encouragé à continuer mes réflexion, afin de comprendre l’essence de l’art. L’avantage de faire partie d’une lignée sérieuse est que si on apprend l’art avec un de ses instructeurs, quel qu’il soit, et quel que soit son niveau en terme de grade, on a la garantie d’avoir le même enseignement, et non « la version de cet instructeur en particulier ». Car ce qui compte, c’est les principes de mouvement, et ce sont eux qui dictent la logique des enchaînements techniques. Quand on les connaît, c’est très simple, on ne peut pas se tromper, on sait qu’on est dans le bon.